bandeau_int_corpo_1280
A+ A-

Les performances environnementales des sites

Consommation d’énergie

Outre le kérosène, employé pour les essais en vol, l’énergie utilisée par Dassault Aviation provient aujourd’hui principalement du gaz et de l’électricité.

conso-energetique

L’évolution vers des énergies « propres » se traduit par une diminution des rejets NOx et, par la quasi-disparition des rejets SO2, en dehors de ceux liés à l’activité aérienne.

Consommation d’eau

L’eau consommée provient des réseaux d’alimentation publique, de pompages en nappe et de récupération des eaux pluviales. Elle est utilisée pour la production, la restauration, les sanitaires et l’arrosage des espaces verts.

Les efforts menés par les établissements, comme le recyclage des eaux industrielles, l’optimisation de la consommation de certains procédés de production ou la recherche systématique des fuites sur les réseaux ont permis une importante diminution de la consommation d’eau globale.

conso-eau

Rejets de composés organiques volatiles (COV) :

Les sites de Dassault Aviation rejettent, de façon diffuse ou canalisée, des composés organiques volatiles (COV) liés aux procédés de dégraissage, de nettoyage de surface et d’application de peinture.

Depuis 2002, les émissions de COV ont diminué d’environ 60%. La part des solvants halogénés a, elle aussi, considérablement baissé. Pour arriver à ce résultat de nombreux travaux ont été menés :

  • Remplacement des solvants les plus nuisibles pour l’environnement par des solvants moins agressifs,
  • Mise en place de fontaines de nettoyage biologiques,
  • Remplacement de peintures de protection structurale avec solvants par des peintures hydro-diluables à faible taux de COV…

conso-solvants

Déchets

Dassault Aviation génère, par ses activités, des déchets non dangereux en grande partie valorisable (papier, carton, métaux…) et des déchets industriels traités par des filières spécialisées (huiles, boues d’hydroxydes métalliques, solvants, emballages souillés…).

 

evolution-tonnage-dechets

Trois filières principales sont utilisées pour le traitement des déchets :

  • Recyclage des métaux,
  • Valorisation énergétique,
  • Valorisation matière non métallique.

La quantité de déchets produite annuellement est étroitement liée aux cadences de production, et à l’activité industrielle. Afin de valoriser ces déchets, Dassault Aviation a mis en place le tri sélectif, et renforcé les objectifs de sa politique de valorisation et de recyclage.

Aujourd’hui plus de 70 % des déchets sont recyclés ou valorisés.

Les zones de stockage de déchets ont également été aménagées pour garantir leur isolement et leur non dissémination.

perf-environnementales

Préventions des pollutions accidentelles

Les rejets d’eaux résiduaires industrielles proviennent des activités de traitement de surface. Afin de prévenir le rejet de métaux dans le milieu naturel, les sites de production concernés se sont équipés de stations de détoxication ou zéro rejet, et surveillent régulièrement leurs effluents.

Pour empêcher toute pollution pouvant résulter d’un déversement accidentel ou d’un incendie, les établissements sont équipés de séparateurs d’hydrocarbures, d’obturateurs, de zones de dépotage et de bassins de confinement des eaux d’extinction d’incendie.

Pollution historique : La Société a mis en place en 2007 une unité de traitement des eaux polluées suite à la découverte d’une pollution historique. L’installation a depuis montré son efficacité en termes de dépollution de la nappe.

pollution-historique-2

Réduction des émissions de Gaz à Effet de Serre (GES)

La loi Grenelle 2 demande la réalisation d’un bilan des émissions de Gaz à Effet de Serre (GES) avant le 31 décembre 2012 pour toutes entreprises de plus de 500 personnes.

Ce bilan met en évidence les améliorations apportées par Dassault Aviation dans ses activités depuis plusieurs années, améliorations qui ont contribué à une réduction significative des émissions de GES telles que :

  • Suppression des navettes aériennes entre les sites d’Istres et du Bourget,
  • Mise en place d’une plate-forme de distribution des produits chimiques (réduction de plus de 1000 tonnes d’équivalents CO2 par an),
  • Mise en place d’une plate-forme de distribution matières,
  • Remplacement de chaudières d’ancienne génération par des équipements plus performants et moins consommateurs,
  • Travaux d’isolation thermique de bâtiments,
  • Remplacement d’anciens équipements fonctionnant au gaz R22,
  • Acquisition de véhicules électriques en remplacement de véhicules thermiques.