bandeau_int_defenseok_280213
A+ A-

Historique de la mise en service du Rafale

Rafale de l'Armée de l'Air Française en opérations extérieures (Opération Harmattan) - Vue en vol. Equipé d'AASM, Mica IR et de la nacelle Damoclès.

Rafale de l'Armée de l'Air Française en opérations extérieures (Opération Harmattan) - Vue en vol. Equipé d'AASM, Mica IR et de la nacelle Damoclès. - R. Nicolas-Nelson © Armée de l'air

Quatre tranches de RAFALE ont été commandées par les Forces armées françaises. Elles comportent respectivement 13, 48, 59 et 60 avions, soit 132 RAFALE pour l’Armée de l’Air (63 B biplaces et 69 C monoplaces) et 48 RAFALE M monoplaces pour la Marine Nationale. L’Egypte et le Qatar ont signé des contrats pour 24 RAFALE chacun. L’Inde en a commandé 36 en 2016, portant les commandes fermes à 264 appareils.

Le développement des capacités opérationnelles se fait par incréments, mis en service sous forme de “ standards ” successifs. Le standard F1 ne comportait ainsi que des fonctions air-air. Il est entré en service en 2004 sur les RAFALE M qui ont participé à l’opération « Enduring Freedom » à partir du porte-avions nucléaire Charles de Gaulle.

Le standard F2 est entré en service dans l’Armée de l’Air et dans la Marine Nationale en 2006. C’est lui qui a fait du RAFALE un véritable avion « OMNIROLE », en lui conférant à la fois des capacités air-air et air-sol.

Le standard F3 a été réceptionné en 2008. Il autorise la mise en oeuvre de la fonction reconnaissance à l’aide de la nacelle AREOS, de la capacité antinavires avec le missile AM39 EXOCET (sur les trois variantes B, C et M) et de la capacité de frappe nucléaire avec le missile ASMP-A. La livraison du premier RAFALE F3 a eu lieu mi-2008 au CEAM (Centre d’Expériences Aériennes Militaires) à Mont-de-Marsan, conformément au calendrier contractuel.

En janvier 2014, le contrat de développement du standard F3R a été annoncé. Cette évolution du standard F3 s’inscrit dans une démarche d’améliorations constantes du RAFALE, en totale adéquation avec les besoins des armées. Elle permettra à Dassault Aviation d’intégrer sur le chasseur les armements et équipements suivants :

– le missile air-air METEOR de chez MBDA. Grâce au radar AESA qui équipe tous les RAFALE livrés depuis 2013, cet engin à très longue portée propulsé par statoréacteur pourra être exploité au mieux de ses capacités révolutionnaires. Le premier tir d’un METEOR guidé depuis un RAFALE a été réalisé en avril 2015.

– la nouvelle nacelle de désignation TALIOS produite par Thales. Cette nacelle aura recours aux dernières avancées de la technique pour allonger les portées d’acquisition et de poursuite des cibles et améliorer la précision des attaques menées par le RAFALE.

– la version guidée laser de l’Armement Air-Sol Modulaire HAMMER produit par Sagem. Cette famille de munitions propulsées offrant plusieurs options de guidage est sans égal. Elle a été employée par les RAFALE en Libye en 2011 pour frapper avec une précision métrique des objectifs à plusieurs dizaines de kilomètres. Une intégration a minima de l’AASM Laser a déjà été réalisée dans le cadre d’un programme ‘urgent opération’ pour le Mali, mais des travaux supplémentaires permettront aux pilotes de tirer cet armement dans un domaine élargi, avec une conduite de tir qui prendra en compte l’ensemble des impressionnantes capacités de l’arme en termes de portée pure et de possibilités de dépointage sur la gauche ou la droite de la trajectoire de l’appareil. Cette version se révèle particulièrement adaptée à la destruction de cibles mobiles rapides.

Le standard F3R englobe aussi de multiples modifications visant à améliorer encore l’efficacité du RAFALE et son interopérabilité avec les alliés de la France. La qualification du standard F3R est prévue pour 2018.

L’escadron EC 1/7 “Provence », premier escadron de l’Armée de l’Air opérationnel sur RAFALE, a été activé en 2006 sur la base de Saint-Dizier. Le deuxième escadron RAFALE de l’Armée de l’Air, l’escadron EC 1/91 “Gascogne », a été recréé à Saint-Dizier en mars 2009. Il a été suivi en octobre 2010 par l’ETR 2/92 “Aquitaine”, en charge de la formation des équipages Air et Marine. L’EC 3/30 “Lorraine” a été recréé en novembre 2010 sur la base d’Al Dhafra aux Emirats Arabes Unis, qui devient ainsi une base opérationnelle avancée pour les RAFALE. En 2011, la Flottille 11F a commencé sa transformation sur RAFALE avant d’être déclarée opérationnelle fin 2012. L’EC 2/30 ‘Normandie-Niemen’ est devenu le plus récent escadron de l’armée de l’Air à passer sur RAFALE quand il a été recréé à Mont-de-Marsan, en juin 2012.

Le RAFALE a fait l’objet d’évaluations opérationnelles approfondies de la part de plusieurs forces aériennes étrangères avec d’excellents résultats. Il a participé avec succès à de nombreux exercices internationaux : Red Flag, ATLC, Tiger Meet … Le RAFALE M est le seul avion de combat non américain autorisé à opérer à partir des porte-avions US. La compatibilité du RAFALE avec ces bâtiments (et notamment avec leurs catapultes et leurs brins d’arrêt) a été démontrée en 2008 par six RAFALE de la flottille 12F qui ont pu s’intégrer sans aucun problème au groupe aérien du porte-avions “Theodore Roosevelt” dans le cadre de l’exercice JTFEX organisé par l’US Navy. JTFEX est un exercice d’interopérabilité de grande envergure, au cours duquel le RAFALE a clairement démontré sa parfaite interopérabilité avec les unités aériennes et navales américaines et alliées, comme l’a souligné l’US Navy.