bandeau_int_passionok_280213
Ajouter au panier Imprimer Envoyer à un ami A+ A-

Mirage 4000

© Dassault Aviation - DR

© Dassault Aviation - DR

Origines et prototypes

La décision de lancer l’étude de la fabrication d’un biréacteur, parallèlement au monoréacteur Mirage 2000 retenu par les services officiels, est prise en septembre 1976. Le Mirage 4000 étant le dérivé technologique du Mirage 2000 – sauf l’avant de l’appareil qui est doté d’un « canard » fixe débrayable et ajustable en vol – l’étude et la construction des deux nouveaux avions sont menées simultanément.

Le Mirage 4000 est développé et construit sur les fonds propres des industriels aéronautiques français, en particulier de Dassault-Breguet qui assure la réalisation de la cellule et l’intégration des équipements. Les réacteurs sont prêtés par l’Etat selon les modalités définies le 21 juin 1978 par le ministre de la Défense : les Snecma M 53 sont prélevés sur le stock du programme Mirage 2000.

L’utilisation de matériaux composites a permis un allégement de poids très sensible et un excellent comportement à la fatigue. Le Mirage 4000 est le premier avion au monde à avoir une dérive à revêtement en composite de carbone contenant du pétrole. La taille de cette pièce étant équivalente à celle d’une voilure de Mirage F 1.
Avec deux réacteurs Snecma M 53 de la classe des dix tonnes de poussée, le Mirage 4000 dispose d’un rapport poussée/poids supérieur à un. Ses performances calculées dépassent celles de tous les appareils de la même catégorie.
Il peut emporter pratiquement trois fois plus de carburant que le Mirage 2000, il est également ravitaillable en vol.

Le 9 mars 1979, un an après le prototype Mirage 2000, le Mirage 4000, monoplace biréacteur Snecma M 53, effectue son premier vol à Istres, piloté par Jean-Marie Saget. Dès son sixième vol, l’appareil franchit Mach 2 ce qui est exceptionnel. Il confirme les prévisions en pouvant atteindre 50 000 pieds et Mach 2 en 3 mn 50 s.

Le Roi d’Arabie saoudite et le Shah d’Iran se sont intéressés au programme Mirage 4000 avant son premier vol. Malgré des discussions avancées il n’a pas été possible de concrétiser une commande.
De son côté, l’état-major de l’armée de l’Air française, désirant conserver ses crédits pour la série des Mirage 2000, refuse de prendre en charge l’industrialisation du Mirage 4000. La présérie envisagée de cinq avions n’est donc pas commandée, la vente à l’étranger devient improbable.
L’armée de l’Air a, en effet, en décembre 1977, demandé à la Direction des constructions aéronautiques du ministère de la Défense de conduire une réflexion sur un avion de combat tactique (ACT), destiné à succéder aux Jaguar. Dassault-Breguet, entreprend alors l’étude de l’ACX/Rafale.

Caractéristiques et performances

DIMENSIONS EXTERNES
Envergure 12 m
Longueur 18.70 m
PERFORMANCES
Vitesse maximale 2.2 Mach maxi en palier
Plafond 20 000 m / 65 600 ft Plafond pratique
MOTEUR
Type Snecma M 53-P 2 x 9 700 kg