L’élément différenciateur du RAFALE, c’est son processus de fusion des données de l’ensemble des capteurs.

La fusion de données multi-capteurs fait passer le pilote du RAFALE du stade de simple opérateur de capteurs à celui de véritable décideur tactique.

C’est le calculateur modulaire EMTI (“ Ensemble Modulaire de Traitement de l’Information ”) du RAFALE qui accomplit la fusion de données. Il contient 19 modules remplaçables en ligne (URL), dont 18 offrent chacun une puissance de calcul 50 fois supérieure à celle disponible sur les avions de combat de la génération précédente. Il fait appel à des processeurs et des composants électroniques standards.

Le calculateur EMTI est la clé de l’évolutivité du RAFALE : c’est lui qui permet d’intégrer facilement de nouveaux armements et de nouvelles capacités pour maintenir la pertinence du RAFALE au combat, alors que les exigences tactiques évoluent, et que de nouvelles générations de processeurs et de logiciels se succèdent sans cesse.

La fusion de données multi-capteurs est l’intermédiaire au travers duquel l’environnement tactique est perçu par le pilote, qui est alors en mesure de comprendre les implications de la situation réelle, et de prendre la décision tactique appropriée.

Grâce à la puissance de calcul du système, la fusion de données intègre les informations provenant du radar à balayage électronique RBE2-AESA, du système d’Optronique de Secteur Frontal (OSF), du système de guerre électronique SPECTRA, de l’IFF, des autodirecteurs infrarouge des missiles MICA IR, et de la liaison de données.

1 – La fusion de données multi-capteurs

La fusion de données multi-capteurs à bord du RAFALE permet de disposer de pistes précises, fiables et robustes, et d’images de l’environnement moins encombrées. Elle contribue ainsi à réduire la charge de travail du pilote, à augmenter sa réactivité, et en fin de compte à améliorer sa compréhension de la situation tactique réelle.

Elle s’effectue de manière totalement automatique en trois étapes :

  1. L’élaboration de pistes consolidées, et l’affinage des informations primaires fournies par les capteurs,
  2. La compensation des limitations inhérentes à chaque capteur (en termes de longueur d’onde / fréquence, champ de vision, distance, résolution, etc …), par le partage des informations reçues de l’ensemble des capteurs,
  3. L’évaluation du taux de confiance de chaque piste consolidée, et la suppression des symboles de pistes redondants pour ne pas encombrer les écrans de visualisations.

2 – Une interface homme-machine unique au monde

DASSAULT AVIATION a développé une interface homme-machine particulièrement ergonomique et intuitive combinant le concept « mains sur manche et manette » (“ Hands on Throttle and Stick ”- HOTAS), associé à des écrans tactiles.

Cette interface s’appuie sur un ensemble d’équipements à haut niveau d’intégration permettant :

  • Pour les actions à court terme, le pilotage tête haute au travers d’un viseur tête haute (VTH) à large champ,
  • Pour les actions à moyen et long terme, la perception de la situation tactique dans son ensemble dans une visualisation tête moyenne (VTM) multi-fenêtres. Cette image est collimatée à la même distance que celle du viseur tête haute, de manière à permettre au pilote d’alterner très rapidement entre les deux visualisations et le monde extérieur,
  • La gestion des ressources systèmes dans deux visualisations tête latérales (VTL) couleur à écrans tactiles.

La conception élaborée de la cabine offre tout ce qu’un équipage peut attendre d’un avion « OMNIROLE » : une grande visibilité vers l’avant, sur les côtés et vers l’arrière, une agilité de manoeuvre supérieure, une protection améliorée face aux facteurs de charge élevés grâce à un siège éjectable incliné à 29°, ainsi qu’une climatisation dont l’efficacité a été démontrée sous les climats les plus extrêmes.

Rafale en configuration "Air-Air" (6 MICA + 3 réservoirs supersoniques de 1250 litres).
Rafale en configuration "Air-Air" (6 MICA + 3 réservoirs supersoniques de 1250 litres)