Michel Herchin

Nommé directeur général industriel et social, puis vice-président chargé des affaires industrielles et sociales jusqu’à sa retraite en 1998, Michel Herchin fut notamment en charge de l’importante rationalisation industrielle lancée en 1987, ainsi que de l’aménagement du site Saint-Cloud 2000.

Christian Decaix, Charles Edelstenne, Serge Dassault et Michel Herchin (à droite)

Né à Bruay-en-Artois (Pas-de-Calais) le 17 mars 1931, polytechnicien (X 52) et ingénieur en chef de l’armement, il débute sa carrière dans le corps des poudres, à Angoulême puis à Saint-Médard-en-Jalles.

Il entre chez Dassault en 1964 comme directeur de l’usine de Martignas, destinée à la réalisation du missile MD-620.

Après l’arrêt du programme, il rejoint, en 1969, la Société nationale des poudres et explosifs (SNPE) en tant que directeur technique Autopropulsion couvrant les grands programmes de missiles nationaux (M20, M4, Roland, Exocet, ASMP, etc.).


Il revient chez Dassault en 1980 pour diriger l’établissement de Saint-Cloud. En 1987, il est nommé directeur général industriel et social, puis vice-président chargé des affaires industrielles et sociales jusqu’à sa retraite en 1998. Dans ces fonctions, il est notamment en charge de l’importante rationalisation industrielle lancée en 1987, ainsi que de l’aménagement du site Saint-Cloud 2000.

Michel Herchin a été membre du conseil d’administration de l’ONERA, de l’Académie nationale de l’air et de l’espace, et d’Histoire et entreprise. Il était commandeur de la Légion d’honneur.

Il décède le 14 novembre âgé de 89 ans.


Retour en haut