L’aviation : une histoire de femmes…

29/09/2020
Passion

Saint-Exupéry, Roland Garros, Jean Mermoz et Raymond Nogués sont des noms connus dans le monde aéronautique... Mais certaines femmes n’ont cessé de démontrer que l’aviation n'est pas une épopée « réservée aux hommes ». Découvrez, à travers ces portraits introductifs, l’empreinte laissée par cinq d’entre elles.

Saint-Exupéry, Roland Garros, Jean Mermoz et Raymond Nogués sont des noms connus dans le monde aéronautique… Mais certaines femmes n’ont cessé de démontrer que l’aviation n’est pas une épopée « réservée aux hommes ». Découvrez, à travers ces portraits introductifs, l’empreinte laissée par cinq d’entre elles.

 

Elisabeth Tible

En montant à bord de la montgolfière « La Gustave » le 8 juin 1784, elle devient l’une des premières femmes aéronautes de l’Histoire et la première à effectuer un vol en ballon à gaz. Ainsi, elle démontre à l’époque que la constitution physique féminine résiste aussi bien à l’altitude que celle des hommes.

 

Thérèse Peltier

Elle est la première femme à voler seule. Après quelques séances d’entraînement sous la conduite de Léon Delagrange, elle est lâchée en solitaire en septembre 1908, devenant ainsi la première femme pilote.

 

Adrienne Bolland

Brevetée pilote en 1920, elle est embauchée pour essayer des avions et comme pilote de démonstration. Le 1er avril 1921, elle devient la première femme à franchir une partie de la cordillère des Andes, dix ans avant Mermoz et Guillaumet. Elle remporte aussi plusieurs records, s’affirmant par ses compétences face à ses collègues masculins.

 

Elisabeth Boselli

Elle est la première femme pilote de chasse de l’armée de l’Air française. Titulaire de huit brevets et de huit records du monde, elle s’inscrit parmi les meilleurs pilotes. Sa participation au transport des blessés en Algérie démontre que le savoir-faire de la femme est à l’égal de l’homme dans le domaine du pilotage.

 

Jacqueline Auriol

Le 15 août 1953, Jacqueline Auriol est la première femme européenne à franchir le mur du son, à bord d’un Mystère II. Elle reçoit quatre fois le Harmon Trophy, l’une des plus prestigieuses récompenses aéronautiques. En 1951, elle est lauréate du prix Henri-Deutsch de la Meurthe, récompensant un fait sportif pouvant entraîner un « progrès matériel, scientifique ou moral pour l’humanité. »

 

Retrouvez le film d’animation « L’aviatrice », un brillant hommage à Jacqueline Auriol et à son parcours exceptionnel !

Jacqueline Auriol à bord d'un Mirage III C
Jacqueline Auriol à bord d'un Mirage III C