+1 Ajouter au porte document

René Bigand

René Bigand est né le 30 janvier 1923 à Boulogne-sur-Mer. Après ses classes de Maths Spé à Nice en 1943-44, il présente le concours d’entrée de l’Ecole de l’Air 1944 qui, du fait des bouleversements de l’époque, est reporté en janvier 1945. Il intègre donc la Promotion 44 (France), le 26 mars 1945.

René Bigand entre à l’Ecole de Mitrailleurs de Cazaux, Le 1er février 1946 et est breveté navigateur le 1er juillet 1946. Puis, c’est le pilotage. Il arrive à l’Ecole de Transformations sur Monomoteurs de Cognac le 20 juillet 1946. Il est nommé sous-lieutenant le 1er octobre 1946, dans le Corps des Officiers de l’Air, cadre navigant. Breveté pilote le 5 juin 1947, il est à Avord le 15 septembre puis détaché à Marrakech, le 26 février 1948.

A cette époque de pénurie matérielle, après un court séjour dans la chasse, René Bigand opte pour le bombardement, qui lui paraît plus prometteur. Le 9 juin 1948, il est affecté à la 21ème escadre de bombardement lourd à Bordeaux. Il vole sur Halifax. Six mois plus tard, il est commandant d’avion et assure de nombreuses missions de transport. Le 1er octobre 1948, il est nommé lieutenant. Le 24 novembre 1950, il est affecté au GB I/19 Gascogne en Extrême-Orient. Il y effectue 231 missions de guerre où il s’illustre lors de missions d’appui au sol sur B-26 Invader tant au Tonkin, qu’en Annam et en Cochinchine.

René Bigand, Serge Dassault et Roland Glavany devant le Mirage IV 01
René Bigand, Serge Dassault et Roland Glavany devant le Mirage IV 01

Nommé capitaine le 1er février 1952, René Bigand est rapatrié le 1er juin 1952. Il est affecté au CEV de Brétigny le 17 septembre. Il se transforme sur avions à réaction à Mont-de-Marsan sur Vampire puis Ouragan et Mystère. Il est alors affecté au CEV de Cazaux, le 1er août 1953. Ensuite, c’est un stage de pilote d’essai à Brétigny d’où il sort breveté en novembre 1954. Il rejoint Cazaux le 30 novembre. Il y participe à des démonstrations d’armement. Muté à Brétigny le 13 septembre 1955, il est chargé des essais de l’Etendard IV et participe à ceux du Vautour.

Il représente la France au comité OTAN pour le choix de l’avion européen d’appui tactique. A ce titre, lors du célèbre  » Concours OTAN  » de septembre 1957, il évalue tous les avions concurrents.

Nommé commandant le 1er octobre 1957, il est affecté au BPM le 9 octobre. Il est officier de marque du Mirage IV.

Étendard IV 01 en vol
Étendard IV 01 en vol

Mis en congé sans solde, le 1er avril 1959, il rejoint la maison Dassault. Après quelques mois passés à se familiariser avec les Mirage III et Etendard, il prend en main la Mirage IV 01. René Bigand est nommé chef pilote de la maison en 1959, en remplacement de Roland Glavany. Outre le Mirage IV dont il conduit le programme de bout en bout, il participe à la mise au point de différentes versions du Mirage III, le Mirage IIIB, dont il fait le premier vol, le Mirage III R et le Mirage III E.

Le 22 septembre 1960, il bat le record mondial de vitesse sur 1000 km en circuit fermé avec le Mirage IV 01 (vol de 33 minutes 8 secondes soit 1822 km/h de moyenne). Le 12 octobre 1962, il décolle le Balzac V à décollage vertical. Le 4 mai 1963, il effectue le premier vol du Mystère 20 01 en compagnie du mécanicien d’essais Jean Dillaire.

Il présente le Balzac devant le général de Gaulle lors de l’inauguration du salon du Bourget le 7 juin 1963. Fin 1964, il assure les premier vols (verticaux) du Mirage III V 01. A l’automne 1966, il prend part à la mise au point du Mirage III V 02. Le 23 décembre 1966, il réalise le premier vol du Super Mirage F-1 01.

Le 18 mai 1967, alors qu’il effectue un dernier vol de contrôle du Mirage F-1 01 avant le salon du Bourget, l’avion casse en plein vol. Ce fut un jour de deuil pour toute l’aviation française.

De gauche à droite : le Général De Gaulle, Benno-Claude Vallières et René Bigand.
De gauche à droite : le Général De Gaulle, Benno-Claude Vallières et René Bigand.