Passion

50e anniversaire du premier vol du Mirage G8 02

Ce jour, en 1972, le Mirage G8 02 effectuait son premier vol à Istres, piloté par Jean-Marie Saget. 

Mirage G8 01 (en haut) et G8 02 (en bas)

Ce jour, en 1972, le Mirage G8 02 effectuait son premier vol à Istres, piloté par Jean-Marie Saget.

Le 15 septembre 1967, l’étude d’une première définition d’un avion biréacteur à flèche variable est confiée à l’équipe dirigée par Jean-Claude Brabant. Un an plus tard, deux avions expérimentaux biplaces, biréacteurs Atar 9 K 50, baptisés Mirage G4, sont commandés.

Le 11 octobre 1968, le Bureau des programmes de matériels de l’armée de l’Air publie une fiche de spécifications techniques :
« L’avion doit pouvoir emporter soit un armement nucléaire, soit un volume important d’armes classiques. Le mode de largage principal de l’arme nucléaire sera le largage à basse altitude, en subsonique élevé dans un premier temps et en bas supersonique dans un second. Ultérieurement, il est envisagé de munir l’avion d’un engin air-sol à tête nucléaire. »


Par la suite, le chef d’état-major de l’armée de l’Air fait évoluer son programme initial, et demande un avion monoplace, biréacteur, destiné à des missions d’interception disposant d’un rayon d’action moins important que le G4 car le prix d’un appareil plus petit sera moins élevé. Ces avions prennent la dénomination G8 et doivent être équipés de réacteurs M53.

Le Mirage G4 01 biplace prend le nom de G8 01. Son premier vol à Istres a lieu le 8 mai 1971, piloté par Jean-Marie Saget. Le 13 mai, à son quatrième vol, il atteint Mach 2,03 avec ses ailes repliées à 70 degrés. Il se pose à 219 km/h démontrant l’écart de vitesse que permet une aile à flèche variable associée à des dispositifs hypersustentateurs très développés par rapport à l’aile delta.

Le deuxième prototype, G4 02, en cours de construction, est transformé en monoplace Mirage G8 02 par suppression de la place arrière. Il est équipé de réacteurs Snecma 9 K 50 et reçoit un système d’arme simplifié, celui du F1 complété par le système de navigation du Milan. Le 13 juillet 1973, à son 74e vol et pour son premier anniversaire, il atteint la plus grande vitesse jamais réalisée par un avion en Europe occidentale : Mach 2,34 à 42 000 pieds.


Retour en haut