+1 Ajouter au porte document

Argenteuil

L’histoire du site d’Argenteuil, depuis l’ouverture en 1907 de l’usine automobile Lorraine-Dietrich au 7000è fuselage produit par Dassault Aviation en 1996.

A l’origine

En 1907, l’usine Lorraine-Dietrich s’installe à Argenteuil qui abrite au début du siècle l’une des plus grandes concentrations de l’industrie automobile naissante.

En 1915, pour participer à l’effort de guerre, l’usine se lance dans la construction de moteurs d’avions. Elle devient après la guerre l’un des plus prestigieux fournisseurs de moteurs.

La reconstruction

Le 28 juillet 1951, Marcel Dassault et Henry Potez, deux avionneurs déjà célèbres, louent chacun une partie de l’établissement Lorraine et, dès le 15 septembre, l’atelier équipement électrique de Dassault Saint-Cloud prend possession des locaux. Fin novembre, il sera rejoint par l’atelier « Montage hélices » des MD 304.

La même année, Dassault rachète les anciens locaux de la Lorraine d’une superficie de 63 000 m². Les locaux, mal adaptés et délabrés par les bombardements, exigent d’importants travaux de réparation et de reconstruction.

Les équipes de fabrication des empennages d’Ouragan quittent alors l’atelier de Saint-Cloud pour s’installer, en 1952, à Argenteuil où s’opère désormais la construction des fuselages de série.

En 1971, Dassault achète l’ancienne usine Potez complétant ainsi son implantation sur le site.

Patrouille de 4 MD 450 Ouragan de l'école de chasse
Patrouille de 4 MD 450 Ouragan de l'école de chasse

Au fil des programmes

En janvier 1953, le Mystère IV A donne à l’usine son premier chantier de fuselage. Le premier fuselage est livré en mars 1954, quatorze mois après son lancement. C’est l’époque héroïque qui consacre la vocation de l’établissement d’Argenteuil et sa place majeure dans le dispositif industriel de Dassault. Suivent la construction des fuselages des Mystère IV, Super Mystère B2, Mirage III, Mirage IV, Mirage F1, Mirage 2000, Falcon 900, Mirage 2000-5 et Rafale.

En 1964 est réalisée une présérie de l’engin MD 620. Une dizaine d’éléments sont réalisés avant l’embargo de 1967.

1965 voit l’installation expérimentale de l’usinage chimique : le Mirage F1 devient le premier avion avec des panneaux de revêtements réalisés en usinage chimique. Les ateliers d’usinage chimique des alliages légers et de plastiques sont construits en 1966-1967.

Les années 1980 sont marquées par une formidable évolution des moyens techniques destinés à la conception, la production et la gestion. Avec le Mirage 2000 en 1979, les outils de CAO et CFAO, CADAM puis CATIA amorcent la révolution des concepts des filières de fabrication. L’évolution des technologies et des moyens matériels entraîne inévitablement un changement d’organisation du travail avec les ateliers intégrés qui se composent d’une famille de pièces et de tous les moyens nécessaires à leur fabrication. A partir de 1984, l’usine participe à l’assemblage des Falcon.

En 1996, Argenteuil fête le 7000e fuselage produit par la société et en 2002 ses 50 ans d’histoire.

Établissement Dassault Aviation d'Argenteuil. Chaîne de fabrication du Mirage F1.
Établissement Dassault Aviation d'Argenteuil. Chaîne de fabrication du Mirage F1.
Établissement Dassault Aviation d'Argenteuil. Chaîne de fabrication du Mirage IV.
Établissement Dassault Aviation d'Argenteuil. Chaîne de fabrication du Mirage IV.