+1 Ajouter au porte document

MB 120

Le prototype du MB 120, le MB 71 modifié, vole à Villacoublay, le 24 ou le 30 octobre 1932, aux mains de Zacharie Heu.

Origines et prototypes : trois moteurs pour les colonies

Le prototype du MB 120, le MB 71 modifié, vole à Villacoublay, le 24 ou le 30 octobre 1932, aux mains de Zacharie Heu. C’est un trimoteur Lorraine 9 Na « Algol » de 300 ch à aile haute et train fixe, destiné aux colonies. Il est prévu pour l’exploration, les liaisons, l’évacuation sanitaire et le transport avec une optique avant tout militaire. Des missions de bombardement sont également envisagées au programme.

Après ses essais satisfaisants et examen par une commission, le MB 120-01, immatriculé F-AMSZ et baptisé « Scorpion », participe à quelques voyages d’importance. Il transporte, le président du Conseil, Édouard Daladier, fin 1933, puis Pierre Cot jusqu’en Union Soviétique début 1934. Après quoi, il est affecté à la division ministérielle.

En mai, alors que le gouvernement français crée la Régie Air Afrique, il reçoit de nouveaux moteurs et des réservoirs d’essence supplémentaires. Entre le 16 et le 22 juin, il est présenté aux autorités civiles belges à Bruxelles, au cas où il intéresserait la Sabena  qui exploite aussi une grande route africaine vers le Congo belge. Enfin, fin juin 1934, il s’envole pour Alger et est mis à la disposition de la Régie Air Afrique.

 

MB 120 en vol
MB 120 au sol

Production et utilisation opérationnelle

Air Afrique utilise quatre MB 120 : le prototype et quatre avions de série (F-ANJX, F-ANNX, F-APDB et F-APVZ). Les appareils accomplissent des vols réguliers entre Alger, Niamey, Fort-Lamy et le Congo. Le premier vol a lieu le 7 septembre 1934 et la ligne est ouverte aux passagers le 27 avril 1935.

Également dans les colonies et sur une initiative du pilote René Lefèvre, une ligne postale Tananarive – Broken Hill (actuellement en Zambie) est ouverte le 24 juillet 1934. En mai et août 1935, deux MB 120 sont mis à la disposition du Service de la navigation aérienne de Madagascar (SNAM ou Régie Malgache) par le ministère de l’Air. Le premier, le F-ANTK « Ville de Paris » est réceptionné en juin 1935. Le second, le F-ANVP « Ville de Tananarive » est convoyé avant la fin juillet 1935 par René Lefèvre, Jean Assolant et Armand Lotti emmenant le général Philippe Féquant, inspecteur de l’Aviation d’outre-mer. C’est en 1936 que la ligne est ouverte aux passagers de Paris à Madagascar. Le 1er janvier 1937, la Régie Malgache est absorbée dans le réseau d’Air Afrique qui reprend à son compte les deux MB 120.

MB 120, au sol
MB 120, au sol

Le MB 120 pouvait emporter trois membres d’équipage et dix passagers. Cependant, la plupart des missions s’effectuaient avec quatre passagers et une bonne quantité de courrier. L’appareil a mérité son surnom « d’increvable », agissant dans une contrée très éloignée avec tous les problèmes de maintenance qui en découlent, à l’infrastructure primitive et ne disposant que d’un personnel très réduit.

Dès son origine, le MB 120 a une vocation militaire. L’armée de l’air aurait dû disposer de six à neuf de ces appareils au début de l’année 1936. Les trois appareils militaires de l’Afrique occidentale française (AOF) sont affectés à Dakar où ils arrivent en avril et décembre 1935 tandis que l’avion du gouverneur de l’Afrique équatoriale française (AEF), Edouard Renard, arrive à son port d’attache de Bangui, le 8 février 1935.

En septembre 1939, à la suppression de la Régie Air Afrique, les MB 120 de la compagnie furent réquisitionnés par les forces armées. Le MB 120-01 dont le port d’attache est Ivato à Madagascar est pris en gérance par Air France en 1941. Le détachement permanent des Forces aériennes du Tchad, colonie placée sous la présidence de son gouverneur Félix Eboué, se rallie au général de Gaulle. Trois MB 120 sont probablement récupérés par les Forces aériennes françaises libres (FAFL) et utilisés au sein des Lignes Aériennes Militaires (LAM) de la France Libre. Aucun des MB 120 ne survit au conflit.

Immatriculation des sept MB 120 civils

– MB 120 n°1 : F-AMSZ n° 01, Scorpion
– MB 120 n°2 : F-ANJX n° 1
– MB 120 n°3 : F-ANNX n° 5, Sirius
– MB 120 n°4 : F-ANTX n° 6, Ville de Paris
– MB 120 n°5 : F-ANVP n° 9, Ville de Tananarive
– MB 120 n°6 : F-APDB n° 10
– MB 120 n°7 : F-APZV n° 4

Fiche Technique

Dimensions

Envergure 20,516 m
Longueur 15,60 m
Hauteur 5,10 m
Surface alaire 60 m²
Poids à vide 3 436 kg

Performances

Moteurs 3 Lorraine Algol 9 Na de 300 ch
Vitesse maximale à 1 000 m 239 km/h
Plafond absolu 6 300 m
Vitesse d’atterrissage 115 km/h
Distance franchissable 1 340 km
Temps de montée à 1 000 m 4 nun. 31 sec.

Spécificités

Reconnaissance

Equipements 258 kg
Equipage 1 000 kg
Passagers 276 kg
Vivres, eau 25 kg
Masse totale 4 996 kg

Sanitaire

Equipage 1 000 kg
Passagers 184 kg
Vivres, eau 254 kg
Masse totale 5025 kg

Bombardement

Equipements 200 kg
Munitions Bombes 58 kg
Combustible 280 kg
Equipage 1 000 kg
Passagers 184 kg
Vivres, eau 20 kg
Masse totale 5 198 kg

Inspection

Equipage 1 000 kg
Passagers 92 kg
Vivres, eau 103 kg
Masse totale 5 083 kg