Atlantic

Origines et contexte

Le 14 décembre 1956, les membres du Conseil de l’OTAN constatent que, pour succéder aux Lockheed P 2V-7 Neptune américains, il leur faut un avion de reconnaissance en haute mer et de lutte anti-sous-marine à long rayon d’action.

Le 30 janvier 1959, le Comité d’Armements de l’OTAN sélectionne à l’unanimité, sur les 21 projets présentés, le programme Breguet Br 1150 Atlantic (biturbopropulseur Rolls Royce Tyne). Celui-ci a la particularité d’être le seul avion de patrouille maritime au monde spécialement conçu pour sa mission et non pas dérivé d’un avion commercial civil.

Première opération de coopération européenne sur ce type d’avion, le programme bénéficie d’une certaine identité de vue des marines de guerre sur la lutte anti-sous-marine. La société Breguet est désignée comme maître d’œuvre technique de l’appareil.

Le 2 octobre 1961, la Société européenne de construction de l’avion Breguet Atlantic (SECBAT) est créée.

Atlantic en vol
Atlantic en vol

Production et utilisation opérationnelle

La construction se répartit entre les quatre pays participants :

  • France
  • Pays-Bas
  • RFA
  • Belgique

Quatre prototypes sont réalisés. Le premier vole à Toulouse, le 21 octobre 1961, aux mains de Bernard Witt avec Romeo Zinzoni et René Périneau. Les délais contractuels, définis en 1959, ont été parfaitement respectés. Le deuxième prototype vole le 23 février 1962, piloté par Yves Brunaud assisté de M. Raymond et René Périneau.

La commande officielle de la première tranche est passée le 6 juin 1963 : 20 avions pour la France, ultérieurement portée à 40 appareils, et 20 pour la République Fédérale d’Allemagne. Le dernier des 60 appareils est livré à la fin de 1968 au moment où les Pays-Bas décident d’en acquérir neuf. La Marine française lui en vend aussitôt quatre, les cinq autres proviennent d’une deuxième série lancée en janvier 1972. Le 25 octobre 1968, l’Italie décide d’acheter à son tour l’appareil et s’associe au consortium européen avec Aeritalia et Alfa-Romeo. La production est relancée pour 18 exemplaires, plus 4 destinés à remplacer ceux vendus par la France aux Pays-Bas. En 1976, la Marine nationale française vend trois de ses appareils au Pakistan.

L’Atlantic est un avion de 43 t au décollage, propulsé par deux turbopropulseurs Tyne de 5 500 cv, l’équipage est de 12 hommes pour des missions pouvant durer 18 heures sur des distances franchissables d’environ 8 000 km parcourues à la vitesse maximum de 650 km/h.

Seuls, la France, l’Italie, les Pays-Bas et la RFA ont commandé l’appareil. Le programme Atlantic est néanmoins souvent cité comme le modèle de la coopération internationale.