Mirage III T

Origines et prototypes

Le 29 août 1961, la DTIA commande une étude et la réalisation de deux avions prototypes à essor vertical Mirage III V à Dassault conjointement avec Sud-Aviation.

Le Mirage III V est un avion bisonique plus lourd que le Balzac, il préfigure la version opérationnelle. Il est doté de huit réacteurs de sustentation Rolls Royce RB 162-1 et d’un réacteur double flux Pratt & Whitney JTF 10 francisé Snecma TF 106 avec postcombustion.

Pour tester le moteur américain, un Mirage III est transformé en banc d’essais volant, le Mirage III T. Un TF 104 ( 5 t de poussée avec PC) est tout d’abord monté sur la cellule qui vole le 4 juin 1964, à Istres, piloté par Jean Coureau puis, le 25 janvier 1965, avec un TF 106 plus puissant (7,5 t de poussée avec PC). La mise au point de ces réacteurs s’avère difficile avec de nombreux décrochages du moteur au décollage ce qui amène Jean Coureau à rentrer quelquefois… à pied.

Mirage III T au sol
Mirage III T au sol