+1 Ajouter au porte document

MD 410 Spirale

Origines et prototypes

Avec le déclenchement de la guerre d’Algérie, les services officiels français demandent un bimoteur spécialisé plus puissamment armé et mieux protégé. En septembre 1954, une fiche programme de l’armée de l’Air définit les caractéristiques d’un avion multi-missions biturbopropulseurs : poids inférieur à 5 tonnes, autonomie de 2 000 km, vitesse d’environ 400 km/h en croisière, armement comprenant deux canons de 30 mm, des bombes, des roquettes ou des engins air-sol. Ultérieurement, à l’appui-feu, est ajoutée une capacité de transport de liaison et d’entraînement.

A la fin de 1957, le bureau d’études de Mérignac conçoit deux types d’appareil à partir d’une même cellule :

  •   le MD 415 Communauté pour la liaison, avec l’appui-feu en mission secondaire
  • le MD 410 Spirale pour l’appui-feu, avec la liaison comme mission secondaire.

 

MD 410 Spirale, au sol
MD 410 Spirale, au sol

Le 26 mai 1959, constatant que leurs sociétés travaillent sur le même type de programme (Voltigeur et Communauté) et dans un souci d’efficacité et d’économie, le président directeur général de Sud-Aviation, Georges Héreil, et Marcel Dassault décident d’unir leurs efforts pour construire un bimoteur permettant d’accomplir deux missions différentes :

  • liaison, école et attaque au sol qui vole à la GAMD sous l’appellation Communauté,
  • attaque au sol et missions polyvalentes type Voltigeur de Sud-Aviation, réalisé également en maquette par la GAMD sous le vocable de Spirale.

Si l’état-major choisit l’appareil d’attaque au sol, tous leurs efforts porteront sur la mise au point finale du Voltigeur ou du Spirale. S’il préfère un avion de grandes liaisons tout en étant capable d’emport de charges sous voilure, elles poursuivront ensemble le Communauté.

 

Production et utilisation opérationnelle

Le MD 410 Spirale est un appareil à décollage et atterrissage courts. Cette version du Communauté, destinée à l’observation et à l’intervention armée (appui tactique), peut également transporter l’environnement logistique des Mirage à décollage vertical.

Sur l’aile du Communauté qui garde les mêmes moteurs, est monté un fuselage plus étroit, mieux adapté aux missions d’attaques au sol. D’un poids de 5,5 tonnes, il possède environ 90 % de pièces communes avec le Communauté.

Devant l’évolution de la guerre en Algérie et l’urgence d’équipement en avion d’appui-feu, l’armée de l’Air se résout à commander des matériels des surplus américains (AD 4 Skyraiders et T 28 A), renonçant ainsi aux matériels français en mars 1960.

 

MD 410 Spirale, au sol
MD 410 Spirale, au sol

Le Spirale effectue néanmoins son premier vol à Bordeaux-Mérignac, le 8 avril 1960, avec Paul Boudier et Gilles Brecq aux commandes.

L’état-major de l’armée de l’Air désirant disposer d’un avion de coopération interarmées, un autre projet, plus élaboré, est alors présenté : le Spirale III (dérivé homothétique du Spirale 01 à l’échelle 1,3). Avion de transport militaire léger à décollage et atterrissage courts, il doit être équipé de deux turbopropulseurs Turboméca Turmo III D de 1 295 cv. Pour les sociétés Sud-Aviation et Dassault, cet appareil répond aux besoins de l’armée de l’Air ainsi qu’à ceux des petites compagnies pour les lignes secondaires.

En janvier 1962, le Comité technique des programmes et des fabrications d’armement (CTPFA) retient le Spirale III. Une commande de deux prototypes est passée le 24 avril mais, faute de crédits suffisants, elle est résiliée le 20 août, bien que l’Italie, l’Australie, l’Afrique du Sud aient, un temps, manifesté leur intérêt pour l’appareil. Par ailleurs, la guerre d’Algérie est finie.