bandeau_int_defenseok_280213
A+ A-

Famille Mirage 2000

© Dassault Aviation – F. Robineau

© Dassault Aviation – F. Robineau

Entré en service dans l’Armée de l’Air française en 1984 dans sa version défense aérienne (Mirage 2000 C et B), le Mirage 2000 est apprécié de l’ensemble de ses utilisateurs. La qualité et la sûreté de ses commandes de vol, comme la simplicité de sa maintenance ont élevé l’avion au rang de référence mondiale.

De telles qualités, associées à une extrême robustesse, ne pouvaient pas rester inexploitées. Pour cette raison, Dassault Aviation et ses partenaires industriels français ont choisi de faire évoluer le système d’armes, selon l’émergence des besoins opérationnels et la disponibilité des nouvelles technologies.

La première évolution est apparue dès 1986 avec la mise en service du Mirage 2000 N puis, plus tard, du Mirage 2000 D. Strictement biplaces et équipées d’un radar de suivi de terrain, ces versions répondaient au besoin de pénétration à très basse altitude de l’utilisateur français.
La version export qui a suivi, a repris le concept d’emploi monoplace de la première version française. Pour diversifier le domaine d’emploi de l’avion, des capacités air-surface ont été ajoutées, souvent spécifiques des besoins utilisateurs.

Parce qu’il présente des avantages, en termes de coût global de possession, et parce qu’une excellente performance globale est aujourd’hui accessible, le concept multirôle a été retenu pour l’évolution de la famille Mirage 2000.
En juillet 1998, au cours d’un exercice international en Europe orientale, plusieurs Mirage 2000 français ont démontré leurs capacités à opérer à partir de routes étroites et légèrement préparées, sans même avoir à utiliser leur parachute de freinage.

Déployés en combat sur de nombreux théâtres opérationnels, le Mirage 2000 est devenu une référence en termes de disponibilité, de maintenance et d’évolutivité. Son interopérabilité avec d’autres avions de l’OTAN et son efficacité aux combats ont été démontrées.