+1 Ajouter au porte document

Henri Deplante

Henri Deplante a rencontré Marcel Dassault pour la première fois en 1930 après avoir lu dans le journal « Les Ailes » une annonce de la société Marcel Bloch, pour un poste de dessinateur.

Henri Deplante a rencontré Marcel Dassault pour la première fois en 1930 après avoir lu dans le journal « Les Ailes » une annonce de la société Marcel Bloch, pour un poste de dessinateur. Il commence à travailler sur les premiers avions métalliques et fait partie de l’équipe qui réalise en 7 mois le trimoteur postal MB 60. Puis, il étudie l’avion sanitaire MB 80 et un grand nombre de prototypes de 1930 à 1940.

Après l’armistice, Henri Deplante se replie à Bordeaux puis à Châteauroux et enfin à Mandelieu avec une équipes d’ingénieurs. Après l’invasion de la zone libre en 1942, il décide de quitter la France par l’Espagne et, après beaucoup de péripéties, arrive en Angleterre. Il s’engage dans les parachutistes de choc, les SAS. Le 6 juin 1944, il est parachuté en Bretagne avec le colonel Bourgoin. Il se bat pour couper la retraite des Allemands et réalise de multiples missions périlleuses.

En mars 1945, il est démobilisé et rejoint la SNCASO comme directeur technique. Il remet de l’ordre dans le bureau d’études, étudie et réalise les premiers chasseurs à réaction : Triton, Espadon, puis Vautour ainsi que le SO 30 « Bretagne » de transport. En 4 ans, de 1945 à 1949, quatre présidents se succèdent à la tête de la SNCASO ce qui le décourage et le conduit à accepter l’offre de Marcel Dassault de revenir travailler avec lui. Il animera le bureau d’études de Dassault pendant 32 ans, jusqu’en 1981.

De gauche à droite : Henri Deplante, Jean Cabrière, Pierre Bohn et François Cordié (debout) à Saint-Cloud.
De gauche à droite : Henri Deplante, Jean Cabrière, Pierre Bohn et François Cordié (debout) à Saint-Cloud

A 42 ans, il devient directeur général technique. Il fait équipe avec un jeune ingénieur, Jean Cabrière. Commence alors la magnifique épopée des avions Dassault dont il conduit le développement avec compétence et succès. De l’Ouragan jusqu’au Mirage 2000 en passant par les Falcon et le Mercure, il supervise et contrôle tous les aspects dans les moindres détails.
Travailleur acharné, il mène son équipe avec autorité, tact et dynamisme.

Grâce à lui la société s’est développée et s’est imposée par la qualité, comme le disait Marcel Dassault, malgré toutes les embûches, toutes les difficultés mises sur son chemin. Henri Deplante les surmonte et impose la société Dassault comme une des premières sociétés du monde dans le domaine des les avions de combat et de l’aviation d’affaires.

Henri Deplante était Commandeur de la Légion d’Honneur, médaillé de la résistance, Croix de guerre 39-45 avec 3 palmes et 1 étoile, titulaire du Distinguished Service Order Britannique, médaillé de l’aéronautique.

Il est décédé le 16 mars 1996.

Salon du Bourget 1963, avec Henri Deplante, Marcel Dassault, Général de Gaulle, Pierre Messmer, Serge Dassault, Benno-Claude Vallières et Jean Cabrière.
Salon du Bourget 1963, avec Henri Deplante, Marcel Dassault, Général de Gaulle, Pierre Messmer, Serge Dassault, Benno-Claude Vallières et Jean Cabrière.